Top

Pourquoi vos bonnes résolutions de nouvel an sont-elles rapidement abandonnées ?

Le 1er janvier est traditionnellement marqué par les bonnes résolutions. Cette année, je perds du poids, je fais du sport, j’arrête de fumer, etc. Vous le savez aussi bien que moi, la plupart de ces bonnes résolutions ne résisteront que quelques semaines, voir quelques jours.

Pourquoi ? Tout simplement parce que ces bonnes intentions sont orientées vers la recherche d’un résultat, généralement très ambitieux, et que votre motivation va rapidement fondre. Donc vous manquez de volonté et de force mentale ? Pas du tout. Vous manquez de méthode.

Si, demain, vous deviez prendre la décision d’escalader l’Everest, comment feriez-vous ? Imaginons que vous soyez projeté au pied de la montagne et que tout ce qu’il vous reste à faire est de monter, pas à pas, jusqu’à atteindre la hauteur extraordinaire de 8848 mètres, y arriveriez-vous ? Bien sûr que non. Vous auriez en réalité 8848 occasions de vous décourager, de vous effondrer, de renoncer.

Peut-être renoncerez-vous après quelques pas en songeant que de toute façon vous n’y arriverez pas. Peut-être marcherez-vous une partie importante du chemin mais de toute façon vous savez bien au fond de vous que vous n’atteindrez pas le sommet.

Si vous deviez vraiment avoir l’ambition de gravir l’Everest, la seule solution serait de vous préparer.

Vous devrez nécessairement réfléchir au « comment » bien plus que de songer au résultat. Il faudrait vous entraîner, demander les autorisations, choisir le matériel, chercher comment financer l’expédition, trouver des partenaires, etc. Une fois sur place, et réussir à y arriver sera déjà un énorme succès, il vous faudra gagner le camp de base. Ce camp est situé à une hauteur supérieure à celle du Mont-Blanc et l’atteindre n’est donc déjà pas à la portée de n’importe quel physique. De là, et selon l’itinéraire choisi, il peut y avoir jusqu’à 6 camps intermédiaires avant d’arriver à une hauteur qui vous permettra d’essayer d’atteindre le sommet. Chaque camp intermédiaire présente ses difficultés et chaque objectif atteint est déjà une victoire en soi.

Autrement dit, pour avoir une chance de réussir à atteindre le sommet de l’Everest, il faut procéder par étape. Il faut donc décider de l’objectif que l’on poursuit et puis se concentrer uniquement sur le processus et plus du tout sur le résultat.

Vous avez décidé de faire plus de sport ? Bonne idée. Quand ? Je veux dire, à quel moment de la semaine ? Le matin avant d’aller au boulot ? Pourquoi pas si vous avez le temps. Mais si cela implique de vous lever une demi-heure plus tôt alors que vous avez déjà du mal en général à vous lever le matin, c’est un mauvais plan.

Et puis, quel sport et avec quel objectif ? Vous prenez la décision de courir 5 km trois fois par semaine alors que vous n’avez plus couru depuis l’école ? C’est probablement idiot. Il vaudrait peut-être mieux se fixer comme but de courir 10 minutes, quelle que soit la distance, et d’augmenter cela lorsque vous aurez commencé à prendre l’habitude. Vous n’arrivez pas à courir 10 minutes ? Pas de problème, alternez la course et la marche, toujours avec pour objectif d’atteindre 10 minutes et puis d’augmenter progressivement. 10 minutes est beaucoup trop peu pour vos capacités ? Good for you, vous pouvez donc adopter un objectif raisonnablement plus ambitieux.

Et si cela ne va pas ? Si vous craquez ? Si vous n’y arrivez pas ? Cela ne voudra pas dire que vous devez changer votre ambition finale mais simplement que le processus doit être amélioré. Chaque échec doit être l’occasion d’une nouvelle réflexion sur la manière, pas sur le but.

Vous aviez décidé de faire attention à votre ligne mais vous venez de vous empiffrer d’éclairs au chocolat ? Pas de panique, cela ne veut pas dire que votre bonne résolution est à oublier et que vous êtes une chiffe molle. Cela implique simplement que vous devez réfléchir à la meilleure manière pour que cela ne se reproduise pas, ou le moins possible. Peut-être devriez-vous apprendre à faire un détour pour ne plus passer devant la pâtisserie qui vous fait craquer ? Peut-être faut-il informer votre entourage de ce que vous souhaitez et leur demander de vous encourager ? Peut-être devriez-vous accepter de faire un écart une fois tous les quinze jours ? C’est votre décision, votre régime donc c’est à vous de réfléchir au « comment » et d’adapter le processus au fur et à mesure de vos succès et de vos échecs. Un échec n’est pas un problème en soi et doit au contraire avoir pour effet, grâce à votre réflexion, de vous rapprocher du but.

La science a prouvé depuis longtemps que la technique des petits pas, des petits objectifs atteignables est beaucoup plus efficace que celle des grandes décisions. Pourtant, nous continuons à nous tromper de méthode. Il faut prendre des résolutions car elles indiquent l’objectif que l’on souhaite atteindre. Mais, après cela, il est tout à fait naïf de compter sur sa seule volonté pour y arriver.

En se concentrant sur le « comment », en améliorant sans arrêt sa méthode, en acceptant qu’un échec n’est qu’une information sur une possible faille dans le processus, en adaptant ses objectifs au fur et à mesure de ses succès, en se réjouissant de chaque pas réalisé dans la bonne direction, vous aurez en définitive beaucoup plus de chances de réussir que d’échouer.

Fixez-vous un objectif et ensuite ne pensez plus à lui mais uniquement à la manière dont vous allez réussir à le réaliser. Ne songez plus au résultat mais uniquement au processus et vous vous surprendrez vous-même !

Bonne année à tous !

Post a Comment