Top

Je pense, donc je le deviens (ou comment utiliser nos pouvoirs « magiques »…)

J’ai fait un rêve.

J’ai cru pendant un moment qu’il me suffisait d’imaginer quelque chose pour que cela devienne une réalité.

Avouez que ce serait plus fort qu’Harry Potter. Il me suffirait d’imaginer que je gagne au loto et, bing, le gros lot serait dans ma poche. Un type m’ennuie ? Pas de problème, il me suffirait de penser qu’il disparaît et, tout simplement, le voilà dissous comme une aspirine effervescente dans un verre d’eau. J’ai besoin d’une place de parking ? Aucun souci. J’imagine qu’une place apparaît et, aussitôt, la voilà à ma disposition.

C’est beau de rêver, non ?

On sait, évidemment, que les choses ne marchent pas comme ça. Il ne suffit pas de rêver un peu pour créer de nouvelles réalités.

Et pourtant…

et si, je dis bien et si, c’était un peu vrai.

Une psychologue américaine du nom d’Alia Crum a mené une expérience fascinante auprès de femmes de ménage travaillant dans sept hôtels aux Etats-Unis.

La majorité de ces femmes n’avait pas le temps de pratiquer de sport et se plaignaient de fatigue, de surcharge pondérale, de douleurs dans le dos et autre maux du même genre. Les tests objectifs réalisés confirmèrent des taux de pression sanguine et des excès de poids typiques d’une vie sédentaire.

Pourtant, une femme de ménage d’un grand hôtel a une vie beaucoup plus active que celle d’un employé de bureau. Elle marche, porte, pousse, fait des lits et nettoie toute la journée. Mais, évidemment, ces activités ne sont pas du sport et n’en apportent donc pas les bienfaits. C’est d’ailleurs précisément comme cela que ces femmes vivent la chose et c’est ce que confirment les tests.

L’expérience menée par Crum est simple. Aux femmes de ménage travaillant dans 4 des 7 hôtels concernés, elle a expliqué pendant 15 minutes que ce qu’elle faisait tous les jours était une activité physique bénéfique, que par exemple nettoyer une salle de bain pendant 15 minutes impliquait une dépense de 60 calories, que soulever un matelas, ramasser des serviettes par terre, pousser un chariot étaient en fait de l’exercice physique très positif. Elle a en outre fait afficher dans les vestiaires de ces femmes de ménages un poster résumant combien de calories, en moyenne, chacune de leurs activités habituelles brûlait.

Aux femmes de ménage des 3 autres hôtels, elle a simplement rappelé lors d’une petite réunion pour rappeler à quel point l’exercice physique est important pour la santé.

Quatre semaines plus tard, miracle ! Les femmes de ménage auxquelles avait été expliqué que leur travail était de l’exercice physique avait perdu du poids et de la graisse corporelle, présentait une meilleure pression sanguine et était même plus heureuse dans leur job. Tout ceci évidemment sans rien avoir changé à leur mode de vie et à leurs habitudes. Et les autres ? Aucun changement pour elles.

Donc, le fait de savoir que l’exercice physique est bon pour la santé n’a en soi aucune conséquence. Cela parait normal. Par contre, le simple fait de prendre conscience que l’on mène une vie plus active que ce que l’on croyait a un impact considérable.

Que peut-on en déduire ? Il y a la réalité et la manière dont on perçoit la réalité. Il ne suffit pas de croire à quelque chose pour que cela devienne vrai, mais pourtant cela exerce une influence sur soi beaucoup plus grande que ce que l’on pense.

Ce n’est pas la seule expérience qui existe sur le sujet et je vous parlerai sous peu d’autres du même genre, toutes aussi fascinantes les unes que les autres.

En attendant, on peut retenir que le mental est un collaborateur puissant qui aide à obtenir ce que l’on désire ou ce qu’il croit que l’on désire. Cela veut dire notamment qu’il faut être très attentif à ce que l’on croit car, s’il est clair que cela peut avoir une influence positive, elle peut aussi être négative.

Post a Comment